Bouddhisme et société

Participer au débat citoyen : décrypter le monde d’aujourd’hui et ses évolutions. Explorer les fonctionnements humains et apprivoiser le changement en éclairant la réflexion par la philosophie bouddhique, afin de se donner les moyens de comprendre notre monde.

Un engagement

Nous sommes dans un monde en transformation. Il l’est par nature !

Toutefois, nous assistons aujourd’hui, dans divers domaines, à de profondes mutations, avec les inquiétudes et les pertes de repères que cela suppose mais également avec les potentiels que ces changements recèlent. Il nous semble que le bouddhisme peut contribuer au décryptage de ces transformations et peut soutenir des démarches bénéfiques à tous.

L’engagement dans un débat citoyen s’enracine dans trois aspects essentiels du bouddhisme : la bienveillance, le discernement et l’éthique.

  • La bienveillance : elle est souvent perçue comme une faiblesse ou en tout cas difficilement applicable dans les situations concrètes de la vie lorsqu’elles prennent la forme de confrontations, de compétitions ou de conflits. La bienveillance est une des « valeurs non matérielles », une qualité à développer afin d’irriguer le monde dans lequel nous vivons. « Il est essentiel de développer les valeurs non matérielles, pour nous aider à devenir des êtres humains équilibrés et bénéfiques, qui également utilisent les valeurs matérielles pour le plus grand bienfait de nos semblables. » C’est cette bienveillance qui motive notre souhait d’être aidant dans les différents lieux de notre société.

  • Le discernement : l’importance du discernement donne, dans la démarche bouddhique, une place prépondérante à l’analyse et à la réflexion, qu’elle soit introspective ou orientée vers la compréhension du monde et de son fonctionnement. Par ailleurs, le bouddhisme rassemble de vastes connaissances. Il véhicule une profonde sagesse ainsi qu’une vision critique de ces connaissances, d’où la célèbre injonction du Bouddha : « Ne croyez rien de ce que je dis par simple respect pour moi, mais éprouvez-le et analysez-le par vous-mêmes. » Fondant le discernement sur la bienveillance, il nous semble important de participer, à notre niveau, à l’élaboration d’un monde sans cesse en construction.

  • L’éthique : Autre valeur non matérielle, l’éthique est la colonne vertébrale du bouddhisme. Elle est affaire de cohérence. Elle suppose bien sûr un engagement individuel, qui se décline dans l’espace social. L’éthique minimum consiste à ne nuire ni à soi ni aux autres. Elle est fondée sur le respect de soi et la considération pour les autres. Son application, de tout temps, a été et reste délicate, questionnant sans cesse les évolutions sociétales que nous vivons. Associée à la bienveillance et au discernement, l’éthique donne les perspectives nécessaires à tout débat et le structure afin de le rendre bénéfique et fertile.

Bouddhisme au quotidien

L’Atelier des Savoirs

Ressources

L’Atelier des Savoirs est un espace d’ouverture aux savoirs, un lieu d’apprentissage, où s’explorent différentes problématiques d’aujourd’hui. L’apport du bouddhisme contribue à un regard nouveau sur diverses connaissances occidentales. Plusieurs thématiques sont abordées : le deuil, l’accompagnement, l’éthique, la vie professionnelle, etc.

L’Atelier des Savoirs est un lieu de rencontres interdisciplinaires où des intervenants issus de divers horizons, bouddhistes ou non, viennent partager leurs savoirs pour susciter la curiosité et questionner notre relation au monde.

Le savoir des uns enrichit les connaissances des autres. C’est cet état d’esprit que nous mettons à l’œuvre lors de nos rencontres tout au long de l’année. Accueillir l’autre dans ce qu’il est, développer écoute et respect, cultiver un regard neuf pour mieux comprendre les enjeux de notre temps, sont autant de points clés qui font de nos échanges une richesse partagée.

Lama Puntso et anila Trinlé sont les principaux animateurs de ces rencontres.

L’interdisciplinaire

Les enjeux

Ressources

Nous souhaitons rassembler les conditions d’une autonomie de réflexion afin de permettre à chacun de comprendre les enjeux de notre société qui ne sont pas nécessairement visibles à priori.

C’est par le croisement des visions et des compétences que nous pouvons mieux décrypter le monde d’aujourd’hui et ses évolutions. La pratique de l’interdisciplinarité suppose un dialogue et des échanges de connaissance et d’analyses entre plusieurs disciplines. Dans ce contexte, nous partageons ce que le bouddhisme peut apporter aux débats : une présence apaisée fondée sur la bienveillance et le discernement qui questionne le monde d’aujourd’hui.

L’interconvictionnel

Les enjeux

Ressources

L’interconviction, un dialogue fertile.

Dhagpo Bordeaux s’inscrit dans le champ du dialogue. Le dialogue interconvictionnel consiste en la rencontre et la confrontation entre personnes de convictions différentes se réclamant de traditions religieuses ainsi que d’autres formes d’engagement personnel non confessionnels. Il ne s’agit pas d’échanger pour le principe ou sur des principes uniquement, mais de questionner notre présence et nos engagements dans le monde. « Chacun continue évidemment de suivre sa propre voie, mais le dialogue réussi devient puissant facteur de paix et d’harmonie qui étend ses effets bien au-delà du cercle des pratiquants directement concernés ». Autrement dit, de tels dialogues entendent participer à la cohésion sociale.

Notre démarche consiste à sortir du principe de non contradiction : s’il y en a un qui a raison, les autres ont donc tort ! D’ailleurs, il ne s’agit pas ici d’avoir tort ou raison, mais d’éprouver le vivre ensemble dans la multiplicité de nos cultures, de nos engagements, de nos valeurs, bref de nos convictions au cœur de la laïcité. C’est une affaire d’estime mutuelle.

Dhagpo Bordeaux et la laïcité.

Nous reconnaissons, dans notre société plurielle, que les vérités sont multiples et cohabitent. La société française est multi-culturelle et pluriconvictionnelle (les convictions pouvant être religieuses ou non). Dans ce cadre, Dhagpo Bordeaux adhère aux termes de la loi sur la laïcité qui garantit à chacun la liberté de conscience.

Le bouddhisme n’étant pas prosélyte, il nous semble essentiel que chacun puisse choisir sa religion, ne pas en avoir ou en changer, et que chacun puisse critiquer les religions ou sa religion tant dans l’espace privé que dans l’espace public. Cette garantie de la laïcité est un des piliers de notre démocratie et une source d’enrichissement mutuel.